Un Airbus n’est pas passé loin du crash ce dimanche à Toulouse révèle ce mardi le quotidien Le Dépêche du Midi.Le journal nous raconte aujourd’hui la grosse frayeur qu’ont vécu les passagers d’un vol easyJet qui devait rallier Paris à Toulouse, dimanche 5 février.

Après une heure de vol plutôt agitée en raison des vents violents générés par la tempête Marcel, le pilote de l’Airbus tente de poser son appareil sur le tarmac de Blagnac, vers 17 heures. “À quelques mètres du sol, il a remis les gaz à fond pour redécoller, raconte Angel, l’un des passagers. On se serait cru dans le Space Mountain à Eurodisney.”

Quelques instants plus tard, le pilote réitère la manoeuvre, mais les choses empirent. “Le train d’atterrissage a percuté très brutalement le sol et le pilote a de nouveau remis les gaz”, poursuit Angel.

La panique gagne alors les passagers. Le pilote annonce qu’il va aller poser l’appareil à Montpellier, ce qu’il parvient à faire à 18 heures 15. L’histoire ne s’arrête pourtant pas là. À Montpellier, les passagers et le pilote ne peuvent pas sortir de l’avion pendant plus d’une heure.

“EasyJet avait donné des ordres au personnel de ne pas nous laisser sortir et faisait pression pour que le pilote redécolle immédiatement et essaye de se poser à Toulouse”, décrit Angel.

En faisant pression sur le pilote, la compagnie espère sans doute s’économiser les frais de transport des passagers de Montpellier à Toulouse. Mais le pilote refuse de céder, alors que les vents soufflent à plus de 100 km/heures… Vers 20 heures 15, les passagers ont enfin le droit de débarquer à Montpellier.